Tous les articles par Nabila Oulebsir

Master 2 Patrimoines, musées et multimédia

Appel à candidature 2013-2014 (échéance 9 septembre 2013)

L’Université de Poitiers offre depuis 2004 aux étudiants et jeunes professionnels déjà titulaires d’un Master 1 (histoire de l’art, archéologie, histoire, patrimoine, arts-plastiques, géographie) ou d’un niveau BAC+4 équivalent, une formation professionnelle intitulée Master 2 Pro Patrimoines, Musées et Multimédia, portée par le Département d’Histoire de l’art et Archéologie. 

Dispensant un enseignement théorique et pratique, cette formation sanctionnée par un diplôme forme des spécialistes du patrimoine experts en nouvelles technologies dans la conservation et la valorisation du patrimoine d’une région ou d’un pays, l’exposition et la scénographie des objets et des collections muséales, le développement durable du patrimoine et l’écotourisme, la médiation du patrimoine. L’étudiant reçoit une solide formation sur la culture patrimoniale (patrimoine culturel et naturel, matériel et immatériel…) et les procédés de conservation, prend connaissances des divers acteurs institutionnels et profils professionnels du patrimoine (nationaux et internationaux), maîtrise les outils multimédia en usage aujourd’hui (outils informatiques, base de données, logiciels de traitement d’images, création de sites Internet, Système d’Information Géographique…) et leur exploitation pour la mise en valeur patrimoniale. Bénéficiant d’un réseau de formateurs professionnels (service de l’Inventaire, CAUE, musées, agences culturelles, agences multimédia, agences d’architectes du patrimoine…), l’étudiant doit réaliser un projet tuteuré au cours de l’année et effectuer un stage final de 3 à 6 mois dans une structure patrimoniale et culturelle. Grâce aux partenariats déjà établis, deux séjours sont programmés au Louvre à Paris, à l’occasion du Salon international du patrimoine (Louvre, 7-10 novembre 2013) et du Simesitem (Louvre, janvier 2014), auxquels les étudiants participeront activement, de même qu’ils participeront cette année au montage d’une exposition prévue en juin 2014 avec le musée Sainte-Croix de Poitiers et le FRAC Poitou-Charentes (Angoulême).

Pour toute information supplémentaire et pour télécharger le formulaire de candidature , visitez le site internet:

http://sha.univ-poitiers.fr/histoire-art-archeologie/

 http://sha.univ-poitiers.fr/m2patrimoines/#KLINK

Les dossiers de candidature sont à envoyer au plus tard le  9 septembre 2013 (délai de rigueur), à : nabila.oulebsir [at] univ-poitiers.fr

ou par courrier à l’adresse postale :

Master 2 Patrimoines, musées et multimédia – Université de  Poitiers, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022 – Poitiers.

Portes ouvertes au Département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers – Edition 2013

Journée Portes ouvertes au Département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, prévue samedi 2 février 2013, de 10h à 16h, salles 202 et 203 du Bâtiment II, Faculté de Sciences humaines et Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022 – Poitiers.

Programme détaillé : JPO_HAA_2fevr

– Présentation des enseignements dispensés en licence et master au département d’istoire de l’art et Archéologie ainsi que des débouchés des formations.

– Parcours de l’exposition Toulouse, architecture et musées, réalisée par les étudiants du Master Mondes modernes et contemporains.

Forum des métiers – Département d’Histoire de l’art et Archéologie

Le Forum des métiers en Sciences humaines et Arts est programmé le 1er février 2013 à l’Université de Poitiers. Le Département d’Histoire de l’art et Archéologie a invité ses anciens étudiants, aujourd’hui en fonction, pour évoquer le métier qu’ils excercent. Seront présents:

– Samuel BALURET, directeur artistique – SCEREN.
– Karine MINET, Responsable du fonds Moyen Âge – Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers.
– Mélanie JAFFRE, assistante manager – Antenna International, Paris.
– Laure NALLET, adjointe du Patrimoine – Médiathèque La Canopée, Ruffec.

La présence des étudiants de Licence 2 et 3 est obligatoire.

Lieu: UFR Sciences humaines et Arts – Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, F-86022 – Poitiers. Bât. III, Amphi Bardon, de 14h à 17h30.

Complément d’informations sur le site du département:

http://sha.univ-poitiers.fr/histoire-art-archeologie/spip.php?article144

Inauguration Amphi Françoise BARDON – Université de Poitiers

Le 6 décembre 2012 a eu lieu l’inauguration de l’Amphithéâtre Françoise BARDON, par la direction de la Faculté de Sciences humaines et Arts et du Département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers. Deux présentations complémentaires, celles de Pascal DUBOURG GLATIGNY et de Marie-Thérèse CAMUS, ont restitué la personnalité et le caractère, le parcours scientifique et intellectuel de l’historienne de l’art Françoise BARDON (1925-2005), qui a enseigné de 1970 à 1990 à l’Université de Poitiers et dont la génération actuelle d’historiens d’art garde encore en mémoire ses réflexions sur l’histoire de l’art, sa pratique d’enseignement et ses convictions intellectuelles. Nous  proposons ci-dessous le texte fourni et la bibliographie établie par Pascal DUBOURG GLATIGNY.

Texte et bibliographie de l’oeuvre de Françoise BARDON, par Pascal DUBOURG-GLATIGNY (CNRS)

 « Mais il faut bien faire un dessin pour rendre l’histoire attachante »

Ces quelques vers de Jacques Prévert, issus de La morale de l’histoire, trouvés au hasard des notes personnelles de Françoise Bardon, témoignent de la traque des évidences qu’elle mena toute sa vie. Pourquoi les images exercent-elles une séduction plus grande et plus immédiate que les textes ? Après avoir étudié plusieurs thèmes iconologiques de la peinture française et italienne de la Renaissance sous l’angle de leur construction historique, elle élabora ses propres instruments critiques, une approche qu’elle commença à désigner, vers la fin de sa vie, sous le nom de « picturologie ».

Pour beaucoup, son nom reste lié à ses premiers travaux, consacrés à la représentation de la personne royale. Son Portrait mythologique à la cour de France (1975) fait encore aujourd’hui figure de référence. Elle était l’épouse du latiniste Henry Bardon, par ailleurs professeur à l’Université de Poitiers. Ensemble, ils accomplirent de nombreux travaux sur l’utilisation idéologique de la pensée antique à la période moderne.

Au cours des années soixante-dix, elle se tourna vers le domaine italien. Avec Le Caravage (1978), elle s’oppose aux normes monographiques qui réduisent le peintre à sa vie et à son œuvre et tissent un réseau limpide de sources et d’influences. Sa recherche se concentre alors sur la notion de différence et établit la nature des rapports que Caravage entretient avec la peinture de son temps et celle qui le précède, avec la société à laquelle il appartient. Cette « définition différentielle », notion largement influencée par Althusser, s’inscrit dans une nouvelle manière d’écrire l’histoire de l’art qui substitue la lecture au commentaire. Pour y parvenir, elle élabore une approche contextuelle et comparative.

Les travaux de Françoise Bardon dans les années 1980 sont en partie liés à son appartenance au groupe PALPE (Pratiques artistiques, littéraires et phénomènes artistiques), rattaché à l’Institut de recherches marxistes de Paris. Ce fut une période riche d’échanges intellectuels. Sa familiarité avec les situations auxquelles les artistes vivants étaient confrontés l’aidèrent à structurer son questionnement sur le phénomène artistique. En effet, elle ne concevait pas son travail comme une accumulation d’informations dissociant production/conception et réception/diffusion des œuvres.

Les idées qu’elle avance, la matière qu’elle apporte sont soigneusement jugées au couperet de la dialectique. L’élaboration de sa pensée porte avec elle les conditions de sa critique ; c’est pour cette raison qu’elle s’oppose à « l’interprétation qui est l’attribution d’un sens à une peinture, comme l’identification est l’attribution d’un nom à une œuvre, avec la même marge d’incertitude, le même parti pris idéaliste » (1986). Sa réflexion sur la discipline trouve son accomplissement dans une étude de cas, Le Concert champêtre (1996), complétée ensuite par le Petit traité de picturologie (2000). Elle y déconstruit les modes de stratification historiographique et montre les fondements idéologiques de la discipline. Pour amorcer un nouveau discours sur l’œuvre, elle propose de se recentrer sur le tableau afin que le sens émerge de l’œuvre plutôt qu’il n’y converge.

Promotrice d’une histoire de l’art critique, elle ne voulait pas imposer un mode d’analyse, mais aider les chercheurs à réfléchir sur leurs approches et leurs présupposés théoriques. Elle voulait, selon des mots qui lui étaient chers, « interroger avec les outils du doute et non ceux de la certitude ». Ce n’est pas une méthode qu’elle nous lègue mais une exigence intellectuelle.

Pascal DUBOURG GLATIGNY

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages

• Diane de Poitiers et le mythe de Diane, Paris, PUF, 1963.

• Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII : mythologie et politique, Paris, Picard, 1975.

• Caravage ou l’expérience de la matière, Paris, PUF, 1978.

La peinture narrative de Carpaccio dans le cycle de sainte Ursule, Venise, Istituto Veneto di Scienze Lettere ed Arti, 1985.

• Le concert champêtre, Paris, Esthétique cahiers éditions, 2 vol., 1996.

• Petit traité de picturologie, Paris, Esthétique cahiers éditions, 2000.

Articles

« Reines à la Croix », Revue du XVIIe Siècle, 36-37, 1957, p. 414-419.

• « Une Gravure d’Antoine Jacquard, 1622 », Revue Archéologique, 2, 1962, p. 25-48.

« Sur un portrait de François Ier », L’Information d’Histoire de l’Art, 1, 1963, p. 1-

« Un Dessin retrouvé du Pordenone », Bollettino d’Arte, 2, 1964, p. 131-132.

« Le Thème de la Madeleine pénitente en France au XVIIe Siècle », Journal of the Warburg Institute, 31, 1968, p. 274-306.

« Médée rajeunissant Eson. Propositions et perspectives» (avec H. Bardon), Hommages à Marcel Renard, Bruxelles, vol. I, 1969, p. 83-94.

« Fonctionnement d’un portrait mythologique : La grande mademoiselle en Minerve par Pierre Bourguignon », Coloquio Artes, 26, 1976, p. 5-17.

« Les métamorphoses d’Ovide et l’expression emblématique », Latomus, 35, 1976, p. 71-90.

« De la Passio à la Peinture: analyse historique du récit verbal de la légende d’Ursule », Revue belge d’histoire de l’art et d’archéologie, 52, 1983, p. 43-80.

« Histoire de l’art : manipulations ou analyse concrète des œuvres », Manifeste, 8, 1986, p. 2-4.

« Art, réalité et connaissance chez Virgile et/ou Hermann Broch » (avec H. Bardon), Latomus, 46, 1987, p. 369-431.

• « La notion de réalisme chez Bertolt Brecht », Esthétique cahiers, 13, 1990, p. 5-21.

• « De l’idéalisme en peinture et en histoire de l’art. À propos d’une œuvre de Vermeer de Delft », Esthétique cahiers, 19, 1992, p. 61-68.

« Les peintures de métamorphoses à Venise au début du XVIe siècle », Die Rezeption der ‘Metamorphosen’ des Ovid in der Neuzeit, Hermann Walter (éd.), Berlin, Mann, 1994, p. 98-114.

« À propos de Caravage : pulsions, figurae, picturalité », La Revue de l’art, 140, 2003, p. 72-75.

 

Les débuts du musée d’histoire – Leçon inaugurale de Krzysztof Pomian

 

La leçon inaugurale du Master 2 Patrimoines, musées et multimédia, a été dispensée cette année par Krzysztof Pomian, directeur de recherche émérite CNRS (CRH-EHESS), professeur émérite (Université  Nicolas Copernic, Torun). Elle a porté sur le thème Les débuts du musée d’histoire

Vendredi 28 septembre 2012, à 14h, Salle des Actes (Université de Poitiers, Faculté de Sciences humaines et Arts, Hôtel Fumé, 8 rue René Descartes, 86022- Poitiers).

Cliché : Isabelle Fortuné, Département d’Histoire de l’art et Archéologie

Parmi les publications de Krzysztof Pomian, on peut citer :

L’Ordre du temps (Gallimard, 1984)

Collectionneurs, amateurs et curieux : Paris, Venise, XVIe-XVIIIe siècle (Gallimard, 1987)

Histoire artistique de l’Europe. Le XVIIIe siècle (avec Thomas Gaehtgens) (Seuil, 1998)

Des saintes reliques à l’art moderne : Venise-Chicago, XIIIe-XXe siècle (Gallimard, 2003).

 

Erik Gunnar Asplund et la Stockholms Stadsbibliotek (1928)

 

BRÈVE 

L’architecte Erik Gunnar Asplund et la Bibliothèque municipale de Stockholm (1928)

 

Stockholms Stadsbibliotek  – Bibliothèque municipale de Stockholm (cliché : N. Oulebsir, juillet 2011).

Le Centre canadien d’architecture (CCA) de Montréal met actuellement à l’honneur une collection importante de l’architecte suédois Erik Gunnar Asplund (1885-1940), consacrée à la Bibliothèque municipale de Stockholm édifiée en 1928, et composée de dessins, photographies et documents originaux. Celle-ci est consultable à l’adresse :

http://www.cca.qc.ca/fr/collection/1300-erik-gunnar-asplund-la-bibliotheque-municipale-de-stockholm

 

* * *

Séminaires Master 1 (Histoire de l’architecture et du patrimoine)

SÉMINAIRES MASTER  1 

(Université de Poitiers, 2012-2013)

HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE

Semestre 1

N. Oulebsir : Le patrimoine, ses institutions et ses chantiers de restauration

Nous nous intéresserons au débat ayant accompagné à la Révolution l’émergence de la notion de patrimoine en France, les modalités de création de la Commission des Monuments historiques et les premiers chantiers de restauration conduits par l’architecte Eugène Viollet-le-Duc.

Séances : le mercredi, de 9h à 11h, à partir du 19 septembre 2012 (salle 201, bât. II, Faculté de Sciences humaines & Arts, 8 rue René Descartes, F-86022, Poitiers).

Direction de mémoire: Inscription Master 1

Informations complémentaires: http://sha.univ-poitiers.fr/master-civilisation-histoire-patrimoine-sources/spip.php?rubrique47&lang=fr

***

Semestre 2 (janvier-mai 2013)

N. Oulebsir : Le présent du patrimoine. Usages et réemplois des édifices anciens et récents.

Il s’agira d’étudier et d’analyser les discours et les pratiques contemporaines réinvestissant le patrimoine bâti, tant ancien que récent, la transformation des édifices religieux ou industriels (gares, abattoirs, centrales électriques, églises, etc.) en espaces culturels (bibliothèques, musées, galeries d’art contemporain, etc.). Seront pris pour exemples la gare d’Orsay, les abattoirs de Toulouse, la centrale électrique de Londres, les moulins du 13e arrondissement à Paris ou l’Église Erskine and American construite à la fin du XIXe siècle et annexée récemment au musée des Beaux-Arts de Montréal.

***

ESTHÉTIQUE ET LITTÉRATURE

(Université de Poitiers, 2012-2013)

Semestre 2 (janvier-mai 2013)

N. Oulebsir : Architecture contemporaine. La littérature architecturale entre récit et théorie.

Nous évoquerons d’abord quelques œuvres littéraires des XIXe et XXe siècles (Victor Hugo, Émile Zola, Julien Gracq…) ayant mis en scène la ville, les monuments anciens ou récents, puis nous focaliserons notre attention sur les écrits d’architectes comme Le Corbusier, Frank Llyod Wright, Louis Kahn, textes agissant simultanément comme récit littéraire et théorie architecturale.

***

ArchiMuse

Ce carnet de recherche restitue le contenu des séminaires et des projets de recherche organisés au Département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers, par Nabila Oulebsir, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain (architecture et patrimoine), et se rapportant à l’histoire de l’architecture et du patrimoine, aux rapports entre les musées et l’architecture, incluant les questions de scénographie des œuvres dans l’espace architectural. Il vise à faire connaître la discipline de l’histoire de l’architecture et du patrimoine aux étudiants en histoire de l’art, mais aussi à faire participer, dans une démarche interactive et expérimentale, les jeunes chercheurs (master et doctorat) du département, dans son élaboration par la rédaction de courts textes et réflexions se rapportant à leurs projets de recherche.