Inauguration Amphi Françoise BARDON – Université de Poitiers

Le 6 décembre 2012 a eu lieu l’inauguration de l’Amphithéâtre Françoise BARDON, par la direction de la Faculté de Sciences humaines et Arts et du Département d’Histoire de l’art et Archéologie de l’Université de Poitiers. Deux présentations complémentaires, celles de Pascal DUBOURG GLATIGNY et de Marie-Thérèse CAMUS, ont restitué la personnalité et le caractère, le parcours scientifique et intellectuel de l’historienne de l’art Françoise BARDON (1925-2005), qui a enseigné de 1970 à 1990 à l’Université de Poitiers et dont la génération actuelle d’historiens d’art garde encore en mémoire ses réflexions sur l’histoire de l’art, sa pratique d’enseignement et ses convictions intellectuelles. Nous  proposons ci-dessous le texte fourni et la bibliographie établie par Pascal DUBOURG GLATIGNY.

Texte et bibliographie de l’oeuvre de Françoise BARDON, par Pascal DUBOURG-GLATIGNY (CNRS)

 « Mais il faut bien faire un dessin pour rendre l’histoire attachante »

Ces quelques vers de Jacques Prévert, issus de La morale de l’histoire, trouvés au hasard des notes personnelles de Françoise Bardon, témoignent de la traque des évidences qu’elle mena toute sa vie. Pourquoi les images exercent-elles une séduction plus grande et plus immédiate que les textes ? Après avoir étudié plusieurs thèmes iconologiques de la peinture française et italienne de la Renaissance sous l’angle de leur construction historique, elle élabora ses propres instruments critiques, une approche qu’elle commença à désigner, vers la fin de sa vie, sous le nom de « picturologie ».

Pour beaucoup, son nom reste lié à ses premiers travaux, consacrés à la représentation de la personne royale. Son Portrait mythologique à la cour de France (1975) fait encore aujourd’hui figure de référence. Elle était l’épouse du latiniste Henry Bardon, par ailleurs professeur à l’Université de Poitiers. Ensemble, ils accomplirent de nombreux travaux sur l’utilisation idéologique de la pensée antique à la période moderne.

Au cours des années soixante-dix, elle se tourna vers le domaine italien. Avec Le Caravage (1978), elle s’oppose aux normes monographiques qui réduisent le peintre à sa vie et à son œuvre et tissent un réseau limpide de sources et d’influences. Sa recherche se concentre alors sur la notion de différence et établit la nature des rapports que Caravage entretient avec la peinture de son temps et celle qui le précède, avec la société à laquelle il appartient. Cette « définition différentielle », notion largement influencée par Althusser, s’inscrit dans une nouvelle manière d’écrire l’histoire de l’art qui substitue la lecture au commentaire. Pour y parvenir, elle élabore une approche contextuelle et comparative.

Les travaux de Françoise Bardon dans les années 1980 sont en partie liés à son appartenance au groupe PALPE (Pratiques artistiques, littéraires et phénomènes artistiques), rattaché à l’Institut de recherches marxistes de Paris. Ce fut une période riche d’échanges intellectuels. Sa familiarité avec les situations auxquelles les artistes vivants étaient confrontés l’aidèrent à structurer son questionnement sur le phénomène artistique. En effet, elle ne concevait pas son travail comme une accumulation d’informations dissociant production/conception et réception/diffusion des œuvres.

Les idées qu’elle avance, la matière qu’elle apporte sont soigneusement jugées au couperet de la dialectique. L’élaboration de sa pensée porte avec elle les conditions de sa critique ; c’est pour cette raison qu’elle s’oppose à « l’interprétation qui est l’attribution d’un sens à une peinture, comme l’identification est l’attribution d’un nom à une œuvre, avec la même marge d’incertitude, le même parti pris idéaliste » (1986). Sa réflexion sur la discipline trouve son accomplissement dans une étude de cas, Le Concert champêtre (1996), complétée ensuite par le Petit traité de picturologie (2000). Elle y déconstruit les modes de stratification historiographique et montre les fondements idéologiques de la discipline. Pour amorcer un nouveau discours sur l’œuvre, elle propose de se recentrer sur le tableau afin que le sens émerge de l’œuvre plutôt qu’il n’y converge.

Promotrice d’une histoire de l’art critique, elle ne voulait pas imposer un mode d’analyse, mais aider les chercheurs à réfléchir sur leurs approches et leurs présupposés théoriques. Elle voulait, selon des mots qui lui étaient chers, « interroger avec les outils du doute et non ceux de la certitude ». Ce n’est pas une méthode qu’elle nous lègue mais une exigence intellectuelle.

Pascal DUBOURG GLATIGNY

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages

• Diane de Poitiers et le mythe de Diane, Paris, PUF, 1963.

• Le portrait mythologique à la cour de France sous Henri IV et Louis XIII : mythologie et politique, Paris, Picard, 1975.

• Caravage ou l’expérience de la matière, Paris, PUF, 1978.

La peinture narrative de Carpaccio dans le cycle de sainte Ursule, Venise, Istituto Veneto di Scienze Lettere ed Arti, 1985.

• Le concert champêtre, Paris, Esthétique cahiers éditions, 2 vol., 1996.

• Petit traité de picturologie, Paris, Esthétique cahiers éditions, 2000.

Articles

« Reines à la Croix », Revue du XVIIe Siècle, 36-37, 1957, p. 414-419.

• « Une Gravure d’Antoine Jacquard, 1622 », Revue Archéologique, 2, 1962, p. 25-48.

« Sur un portrait de François Ier », L’Information d’Histoire de l’Art, 1, 1963, p. 1-

« Un Dessin retrouvé du Pordenone », Bollettino d’Arte, 2, 1964, p. 131-132.

« Le Thème de la Madeleine pénitente en France au XVIIe Siècle », Journal of the Warburg Institute, 31, 1968, p. 274-306.

« Médée rajeunissant Eson. Propositions et perspectives» (avec H. Bardon), Hommages à Marcel Renard, Bruxelles, vol. I, 1969, p. 83-94.

« Fonctionnement d’un portrait mythologique : La grande mademoiselle en Minerve par Pierre Bourguignon », Coloquio Artes, 26, 1976, p. 5-17.

« Les métamorphoses d’Ovide et l’expression emblématique », Latomus, 35, 1976, p. 71-90.

« De la Passio à la Peinture: analyse historique du récit verbal de la légende d’Ursule », Revue belge d’histoire de l’art et d’archéologie, 52, 1983, p. 43-80.

« Histoire de l’art : manipulations ou analyse concrète des œuvres », Manifeste, 8, 1986, p. 2-4.

« Art, réalité et connaissance chez Virgile et/ou Hermann Broch » (avec H. Bardon), Latomus, 46, 1987, p. 369-431.

• « La notion de réalisme chez Bertolt Brecht », Esthétique cahiers, 13, 1990, p. 5-21.

• « De l’idéalisme en peinture et en histoire de l’art. À propos d’une œuvre de Vermeer de Delft », Esthétique cahiers, 19, 1992, p. 61-68.

« Les peintures de métamorphoses à Venise au début du XVIe siècle », Die Rezeption der ‘Metamorphosen’ des Ovid in der Neuzeit, Hermann Walter (éd.), Berlin, Mann, 1994, p. 98-114.

« À propos de Caravage : pulsions, figurae, picturalité », La Revue de l’art, 140, 2003, p. 72-75.

 



Citer ce billet
Nabila Oulebsir (2012, 30 décembre). Inauguration Amphi Françoise BARDON – Université de Poitiers. Patrimoine, musées et architecture contemporaine. Consulté le 24 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bdi1